Hard Corps Gamer chez B-Sensory

Hard Corps Gamer-B-SensoryVoilà plusieurs mois que ma nouvelle Hard Corps Gamer est sortie chez Collection Paulette. Pour en savoir un peu plus, si vous n’avez pas déjà lu l’article de présentation, je vous invite à cliquer sur le lien.

Elle est désormais disponible dans sa version connectée chez B-Sensory, c’est-à-dire reliée au Little Bird, un sextoy. Rendez-vous sur leur site, le concept y est expliqué.

Pour l’acheter et vibrer, c’est par ici (numérique – forcément, c’est connecté, 1,99€)

Aurore épicée

AuroreepiceeIl y a un an, après avoir sélectionné mon texte Insatiable reflet pour le collectif Jeux de miroirs, l’éditrice m’avait demandé si je n’avais pas envie d’écrire un texte plus long. Heureuse de sa confiance, j’ai accepté. Ainsi est née Aurore épicée, publiée par Collection Paulette, dirigée par Julie Derussy.

Résumé : Blessée par une rupture récente, Jasmine tente d’oublier sa souffrance en flirtant avec Fabian. Elle le séduit, l’entraîne dans des jeux sensuels. Et voilà qu’elle se laisse troubler, émouvoir par ce nouvel amant. Pourtant, elle pense toujours à l’autre…

Extrait : « Il apparaît dans l’embrasure de la porte, les cheveux ébouriffés, étouffe un bâillement dans son poing et se contente de m’observer. Je me surprends à le trouver beau, au sortir du sommeil, les paupières encore un peu tombantes, les joues ombrées d’un début de barbe, l’expression un rien revêche — monsieur n’est pas du matin, sans doute. Ça tombe bien, moi non plus. Ses lèvres se tordent dans un drôle de petit sourire. Sa nudité ne me gêne pas, à la lumière du jour, je peux contempler son corps à mon aise. Il est grand, avec de larges épaules. Pas de muscles saillants, mais le torse d’un homme qui fait attention à lui, sans la petite bedaine que certains affichent à la trentaine. Des membres longs et fins — comme sa queue, en fait. Laquelle, à cause de mon intérêt, se redresse doucement.
Avec un haussement de sourcils malicieux, Fabian m’indique son entrejambe.
– Prête à recommencer ?
Dans mon esprit résonne la même phrase, prononcée par une autre voix. La tienne. Après notre première étreinte. Tes yeux qui me fixaient, me transperçaient, me connaissaient déjà alors que nous nous découvrions à peine. Le manque de toi se glisse, sournois, et s’empare de moi. Ne plus entrelacer mes doigts aux tiens, ne plus toucher ta peau, ne plus humer ton odeur… »

D’ors et déjà des avis de lecture ici – merci pour ces retours !

Pour se procurer la novella, c’est sur charmebooks ou Amazon (1,49€, numérique).

CONCOURS Et si vous voulez gagner un exemplaire de l’ebook, c’est sur Facebook que ça se passe (si vous n’êtes pas sur ce réseau et souhaitez tout de même participer, laissez un commentaire sur cet article – n’hésitez d’ailleurs pas à partager !).

Lancement officiel de Talentbulle

jhTalentbulle ? Mais qu’est-ce donc ? Tout d’abord, quelques mots au sujet de Jess, la créatrice. En décembre 2013 (oui, ça remonte), lorsque j’avais terminé la rédaction de mon roman Bleu du bonheur, Jess m’avait proposé de le relire. Comme je l’indique ici,  vu son parcours, j’avais toute confiance en elle. Je n’ai pas eu tort : sa relecture avait été attentive et soignée, en bref : professionnelle. C’est pourquoi, aujourd’hui qu’elle s’est lancée à son propre compte, je recommande ses services, à vous qui écrivez et qui rêvez de faire connaître votre plume.
Elle vous expliquera mieux que moi en quoi consiste son travail aux multiples facettes (lecture analytique – correction – envoi du manuscrit – recommandation écrite – lecture du contrat d’édition – diffusion et représentation publique), sur son site Talentbulle – Révélation de talents, officiellement lancé depuis hier.
Je suis fière d’avoir pu contribuer, tout petit grain d’inspiration, à cette entreprise, à laquelle je souhaite la plus belle des réussites.
N’hésitez pas à la contacter si vous avez un projet d’écriture.

Il a un titre !

Je n’ai pas encore parlé de la rédaction de mon dernier roman sur ce blog. Mieux vaut tard que jamais, car il est terminé ! Il est déjà passé entre les mains de mon premier bêta-lecteur, qui l’a apprécié (un miracle quand on sait qu’il est féru de SFFFH et clairement pas amateur de romance contemporaine ou chik lit – non, je ne sais toujours pas dans quelle case mettre ce bouquin), et a ri à plusieurs reprises.
Quant au verdict de ma deuxième bêta-lectrice, il est positif aussi : « (…) j’ai bcp apprécié le mélange des genres, j’aime toujours l’érotisme torride et allié aux codes de la chick lit (bien respectés), ça fonctionne plutôt pas mal ! La construction est précise, de même que l’écriture, comme d’habitude. Concernant l’héroïne, j’ai aimé qu’elle ne soit pas cliché, elle plaît mais sans être non plus le canon absolu (…). Concernant les rencontres sur le net, c’est criant de vérité et très réaliste, ça sent le vécu, c’est drôle, et c’est bien. (…) » Elle m’a indiqué deux points qui mériteraient d’être développés et son avis rejoint ce que je pensais : c’est rassurant de voir que je suis capable de déceler les failles dans mes textes. Il ne reste plus qu’à y remédier, mais j’attends d’abord le retour de ma dernière bêta-lectrice, pour effectuer toutes les modifications en une fois.
Ce roman a enfin trouvé un titre (clin d’oeil pour celles et ceux qui me suivent sur Facebook) : Mon ex se marie …et je suis invitée.

J’ai également commencé les corrections éditoriales de L’étreinte des vagues (à paraître en septembre – Nisha Editions), qui devraient être terminées pour juin. J’attends la suite des suggestions de mon éditrice.

Pour le moment, je travaille sur plusieurs nouvelles, destinées à des AT – deux sont finies, une est en correction. Je développe également la trame de deux prochains romans (un récit contemporain et un de fantastique) et garde dans un coin de mon esprit une idée de romance.

Et vous, quels sont vos projets ?

 

Passion dévorante in Clair/Obscur

Passion dévorante-ClairObscurLe nouveau numéro de la revue québecoise Clair/Obscur est paru, et l’une de mes nouvelles, Passion dévorante, figure au sommaire.

En bref : Lucas offre une merveilleuse surprise pour l’anniversaire de sa compagne, obsédée par les sirènes…

Un extrait : « La main crispée contre ma poitrine, je continue. Une nouvelle porte, avec une pancarte sobrement intitulée « Loge ». Ça doit être là. Quelque chose me retient de frapper. Peut-être le silence que je perçois derrière le bois. Le plus doucement possible, je tourne la poignée ronde. J’entre. Un pas, puis deux. »

Pour le commander, c’est ici.

Encore une fois, en compagnie de Thomas Baronheid.

Cher monsieur l’anthologiste in Ténèbres 2016

ténèbresOn m’avait dit que figurer au sommaire de l’anthologie Ténèbres n’était pas évident. Alors, bien sûr, je me suis lancée le défi d’y être. J’ai envoyé deux ou trois textes qui dormaient dans mes dossiers, aucun n’a convaincu. L’anthologiste, forcément amateur du genre et très grand lecteur, m’a dit qu’il voulait être surpris. C’est ainsi qu’est née l’idée de Cher monsieur l’anthologiste…

Résumé : Patrick, anthologiste, est encore contraint à refuser une nouvelle d’un aspirant écrivain qui le bombarde de textes. Mais cette fois, son interlocuteur le prend mal, très mal. De menaces en messagerie piratée, Patrick perd le contrôle des événements, tandis que le passé, laid et réjouissant à la fois, resurgit.

Un extrait : « Froid à l’échine, chaleur dans la gorge nouée.
Sans en être réellement conscient, il ouvrit la pièce jointe. Non, non, non, criait l’esprit de Patrick, tandis que des baffles s’élevait une petite musique de carrousel. »

Je partage une nouvelle fois le sommaire avec mon précieux bêta-lecteur, Thomas Baronheid.
Pour acquérir l’ouvrage, c’est sur le site de Dreampress (276 pages, 15€).

Un arc-en-ciel pour une sirène

ExtraitsOui, j’aime les sirènes. J’en parle dans L’étreinte des vagues, dans Passion dévorante, alors quoi de plus normal d’avoir envie de me lancer dans un projet jeunesse ?

Il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver l’inspiration. Puis je me suis mise en quête d’une illustratrice – Facebook est bien pratique pour découvrir des pépites. J’ai ainsi fait la connaissance de Mlle Nini, bourrée de talent, qui a accepté avec beaucoup d’enthousiasme. C’est un tel plaisir de voir ses personnages prendre vie en couleurs, j’adore ça ! N’est-ce pas qu’elle est jolie, ma petite Ysaline aux cheveux mauves ?

Maintenant, le projet est parti vers plusieurs éditeurs, mais je connais mal le milieu jeunesse – si d’ailleurs certain.e.s d’entre vous auraient des pistes à nous suggérer, nous serions ravies ! D’avance, un tout grand merci !