Actualité

« Je rêve d’écrire un livre »

Mercredi passé avait lieu une séance de dédicaces de Elle, une autre à la Bilbliothèque de Joli-Bois.

Des échanges à propos de mon roman, sur la littérature en général, sur la façon dont j’écris et plus globalement sur la rédaction. C’est fou comme l’écriture fait rêver ! Ils sont plusieurs à m’avoir déclaré avoir envie d’écrire un roman. Je leur ai suggéré de participer à Des mots, une histoire, peut-être se lanceront-ils… je l’espère, en tout cas.

J’ai lu, dans des interviews d’auteurs, que lors de leurs séances de dédicaces, des lecteurs leur soumettaient des idées de roman. Eh bien, cela m’est arrivé mercredi passé et je dois avouer que cela est assez surréaliste qu’une inconnue se confie à moi de la sorte, et plutôt touchant. Elle m’a donné l’envie de me documenter sur une certaine pathologie psychologique…

En conclusion, un petit diaporama (vous constaterez que j’ai pu un peu travailler sur L’étreinte des vagues, entre deux conversations).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

25 réflexions au sujet de “« Je rêve d’écrire un livre »”

    1. En effet, même si le rêve ne concerne qu’une face de l’écriture, je pense que beaucoup ne se rendent pas compte du travail qu’il y a derrière. 😉 (même si ce travail est agréable, qu’il s’agit d’une passion)

  1. Je n’ai jamais rêvé d’écrire … J’ai trop de respect pour les auteurs et les écrivains !
    Je suis en admiration devant ces talents, ce courage, cette persévérance et cette imagination qui moi me fait rêver, m’évader, me détendre et même apprendre.
    Je profite de ta chronique pour remercier tous les écrivains qui me permettent de me plonger dans leur imaginaire.
    Merci !!
    Au grand plaisir de te lire !
    Amicalement !

    1. Oui, et je remercie les bibliothécaires, charmantes au passage, qui ont mené les plus timides vers moi – cela m’a frappée, certaines personnes étaient intimidées alors que moi-même je l’étais et je n’osais pas m’avancer. 😉

  2. Mais il ne faut pas faire sa timide !! Cela dit, je comprends que ça puisse l’être… Je ne pourrais pas me passer d’écrire non plus, même si tout n’est pas à des fins de publication !! Et comme tu dis, le temps d’en vivre, à moins de faire de suite un best-seller !! Ou de pondre un truc à La Marc Lévy (ça je pense que pas mal ici dans ce que je lis pourraient le faire) sans trop se poser de questions sur la qualité de l’écriture !! 😉

  3. Tu avais donc ton beau stylo de dédicasse ? 🙂 Sympa les photos, ça nous plonge un peu plus dans l’ambiance … C’est bien de pouvoir échanger avec les lecteurs de vive voix ! J’aurais moi aussi des tonnes de questions !!

    1. Ouiiii, mon beau stylo ! J’ai une jupe dans les mêmes tons, mais il ne faisait pas assez beau (oui, je sais, je suis dingue d’assortir les choses ainsi 😆 ).
      C’est très sympa de pouvoir discuter avec les gens, même s’ils n’ont jamais lu ce que tu écris.
      S tu passes par Bruxelles, j’y répondrai volontiers ! 😉

  4. Je crois que je n’aurai jamais le courage de dire à un auteur inconnu que je rêve de faire la même chose, même si je le penserai très, très fort! 😀
    J’ai pour ma part écrit un article pour défendre le fait d’écrire en tant que métier (sans prétendre que ce soit déjà le cas, mais justement pour que cela le devienne)… Tous les métiers ne sont pas salariés; pour tout ceux qui travaillent en freelance, ça alterne entre vaches maigres et grasses selon les contrats, les saisons, la vitalité économique de leur secteur… Je pense que tout ce monde serait très offensé si l’on suggérait que ce qu’ils ont n’est pas un « métier ». Alors pourquoi écrivain ne pourrait-il en être un, aussi? C’est du travail et du savoir-faire, après tout, exactement comme partout ailleurs.

  5. Pour ma part, écrire est indispensable à ma vie, comme Océane. Une passion qui prend de plus en plus de place sur mon vrai travail qui n’a rien à voir… J’ai hésité à demander un congé CIF pour passer un diplôme de journaliste, ou assimilé. Mais après réflexion, « écrire » c’est tellement difficile d’en faire un métier, que je conserve le mien, qui me permet de passer mon temps libre à ma passion…

  6. Effectivement, chroniques et fictions n’ont rien à voir, et écrire une fiction m’ennivre bien plus qu’un article… Mais il me paraît clairement quasi-impossible de vivre un jour de mes écrits  » littéraires ». Alors le journalisme permet de s’y approcher un peu plus.
    Enfin le principal étant de continuer de développer sa passion. Le principal est de prendre du plaisir et d’aller toujours plus loin en soi, Parce qu’on écrit d’abord pour soi…

    1. J’ai une formation de journaliste et avec le recul, je me demande si je n’aurais pas dû étudier les Lettres.
      Oui, le principal est de développer sa passion, après, on peut toujours… rêver. 😉

Prenez votre plume...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s