Actualité, Coulisses de la langue

Pas de ratures

© Isaac Bowen | stock.xchng

Je suis actuellement en pleine relecture d’un recueil de nouvelles, Désir d’histoires pour ne pas le nommer (mais oui, bien vu, c’est le nom de mon blog !), mais ça avance lentement. Pourquoi ? Comme je vous l’avais dit précédemment, j’aime effectuer les corrections sur papier.
Or mon imprimante, la g*$%£ !, refuse de s’allumer, la conséquence étant, vous l’aurez compris (puisque vous êtes dotés d’un cerveau et d’un sens logique), que je ne puis donc faire usage de mon stylo bille de façon intensive (et pourtant, qu’est-ce que j’aime ça, les ajouts, les ratures, les petits coeurs dans la marge).

Me voilà donc contrainte d’effectuer les corrections directement dans le traitement de texte, une méthode qui ne me convient pas. De un, le contact de la feuille me manque. De deux, visuellement, pas de plaisir au progrès fait dans la relecture (oui, je sais, je peux le faire aussi, mais c’est du chipotage et au final il faut quand même tout lisser). De trois, et parce que je fais les choses dans tous les sens (ce qui ne me ressemble pas, moi si organisée et méthodique), je ne sais plus quels textes ont déjà été revus. Comme c’est dur, le travail de l’écrivain (ironie inside) !

Comment procédez-vous pour vos corrections, d’ailleurs ? A l’ancienne ou scotchés à votre écran ?

Publicités

33 réflexions au sujet de “Pas de ratures”

  1. La je l’ai édité, et comme j’en poste sur blogger, je viens de l’imprimer, parfois je rectifie un mot, ou une phrase sur le blog en direct, alors je modifie aussi le texte et imprime la page concernée, retirant l’autre du tas. Au début je l’ai relu et corrigé sur papier, là c’est pratiquement la finalisation.
    Mais le mieux en effet c’et un tirage et corriger sur papier.
    Bon courage
    @mitié

  2. comme je te comprends, c’est une méthode ancienne, mais la posture devant l’écran n’est pas la même que devant les feuilles de papier. Je comprends les jeunes qui ont leur écran collé dans le creux de leur main, mais attention les yeux! courage

  3. Bonjour Olivia, comme j’ai une écriture pataude, l’ordinateur m’a sauvée la vie et me facilite les corrections avec toutes ses couleurs à ma disposition. 😉
    Sur papier, je ne peux même pas me relire parfois. 😉

      1. Au moins trois ou quatre. Une pour l’écriture ( bleue ) une pour l’orthographe, ( rose ou orange ) (je suis tellement nulle qu’il me faut un correcteur 😆 ), une pour les mots répétés ou à changer (le rose généralement), une pour les éventuelles annotations ( qui correspondent aux notes sur le côté d’une page papier, le mauve ), et une pour noter les idées à développer ultérieurement, vert ). J’utilise d’autres couleurs en cas de besoin, donc, j’écris en arc en ciel. 😀

  4. J’écris mes chapitres comme ils viennent, la nuit, le matin je relis et je mets au clair sur le pc. Ensuite j’imprime et je relis calmement dans la journée et évidemment, il y a toujours des corrections à faire ou des choses à rajouter. Puis j’enregistre tout sur un cd au cas où mon ordi ferait des siennes sans oublier de mettre le copyright à jour.
    Bisous
    Violette

    1. De papier, oui, certainement (même si j’utilise toujours le verso de mes romans comme feuilles de brouillon ou comme listes de course 😉 ), mais de temps, pas forcément. Au lieu de relire deux fois l’ouvrage sur écran, par exemple, tu le corriges une fois sur papier et lorsque tu effectues ces corrections dans le traitement de texte, tu peux encore apporter des changements. C’est de plus une autre manière d’appréhender le texte, qui parfois te fait voir des choses que tu loupes à l’écran.

  5. Pour les petits exercices que tu nous proposes je corrige sur l’écran (beaucoup de fois) et j’arrête quand je suis satisfaite de moi (ou presque). Pour les textes plus longs, de plusieurs pages, j’aime bien corriger sur papier. Je trouve que je m’y retrouve mieux. Et sur papier ce qui cloche dans le texte me saute aux yeux alors que sur l’écran c’est moins évident…

  6. Quelle question !!! 😆 Sur papier pour les corrections ! Pas pour les ateliers mais pour de loongues pages déjà écrites on voit immédiatement ce qui ne va pas dans le rythme et on peaufine les dernières virgules, voire une énorme faute qu’on ne voyait pas sur écran !

  7. Pendant longtemps je me suis contentée des corrections sur écran, déjà parce que je n’aime pas imprimer si je peux l’éviter. Mais on m’a poussée un jour à tenter la méthode papier, et force m’est de l’admettre, ça marche beaucoup mieux ! Ça me permet de gribouiller des trucs que je n’oserais jamais ajouter à mon fichier texte tout propre : des doutes, des idées à demi formulées, des ratures… tout en sachant que rien n’est définitif tant que ce n’est pas rapporté sur l’ordinateur, et que de toute façon les feuilles elles-mêmes finiront dans un coin à prendre la poussière, là où elles ne me feront pas honte… Très pratique pour se lâcher !

        1. Moi aussi, mais certaines pages ne sont pas complètes (tu me diras, pas beaucoup) et j’utilise aussi les marges pour les listes de courses, comme les enveloppes, par exemple. Je recycle un max le papier et je n’imprime mes ouvrages que lorsque je suis sûre qu’ils sont prêts pour la première relecture, pas pour un oui ou pour un non. 🙂

        2. Oh, je ne t’accusais pas de quoi que ce soit ! Tu pousses même le recyclage plus moins que moi, qui laisse mes pages mourir en paix quand elles ont été bien raturées de rouge !

Prenez votre plume...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s