Clins d'oeil, Coulisses de la langue

Comment vivre avec un écrivain

cea5e-writers_write_-_how_to_survive_a_relationship_with_a_writer-scaled1000Je suis tombée sur ceci qui m’a fait sourire. J’ai voulu le partager avec vous.

Comment survivre avec un écrivain (le top dix des conseils). Oui, en effet, je me rends compte que ce n’est pas forcément évident, de partager la vie d’un écrivain, souvent dans sa bulle, dans son monde. Ça doit même parfois être saoûlant, de le voir si concentré, de l’entendre rire à cause de ses personnages.

Point par point, en voici une traduction.

  1. Ne jamais demander quand le livre sera publié. Ça tombe sous le sens. L’écrivain préviendra quand ça arrivera.
  2. Ne demande pas à un écrivain s’il aurait aimé avoir écrit le dernier best-seller.  Souvent, l’auteur est ambivalent à ce sujet… Oui, pour la reconnaissance, mais quand le livre est mal écrit, pas vraiment.
  3. Ne jamais dire que tu penses à écrire un livre. Surtout ne jamais dire que tu écrirais un livre si seulement tu en avais le temps. L’auteur n’a qu’une seule envie : répondre « ben, fais-le ».
  4. N’appelle pas la police si tu découvres l’historique internet d’un écrivain. L’écrivain moyen n’a pas l’intention de t’empoisonner, d’engager un tueur à gages ou de partir pour l’Afghanistan. Ce sont seulement des recherches. Et les miennes ont de quoi faire peur.
  5. Laisse l’auteur tranquille quand il écrit. Tu n’as pas idée à quel point il est difficile d’entrer dans la phase d’écriture. Surtout, d’y rester.
  6. Ne cherche pas la dispute avec un écrivain. Les écrivains ont leur revanche dans leurs écrits. Et de façon ignoble, pour ma part. Non, je plaisante. Quoique…
  7. Si tu veux vraiment te battre, que ce soit mémorable. L’écrivain a toujours besoin de matière. Ça peut être utile, oui.
  8. Si l’écrivain disparaît pendant une fête, pas de panique. Il aime inspecter les étagères et l’armoire à pharmacie de son hôte. La bibliothèque oui, le reste, je ne me permettrais pas.
  9. Offre à ton écrivain des carnets et des stylo-billes. N’achète pas de fleurs. Le chocolat est aussi accepté. Oui à tout, en fait.
  10. Laisse ton écrivain tranquille après une lettre de refus. Après le silence mortel, les cris, les pleurs, les plaintes, les marmonnements, sers-lui une tasse de café ou de thé. Et un cupcake. Et un énorme câlin. Au fil du temps, on s’habitue aux refus et les réactions ne sont plus aussi vives. Néanmoins, le thé, le cupcake et le câlin ne sont pas de refus.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Publicités

43 réflexions au sujet de “Comment vivre avec un écrivain”

  1. merci c’est drôle et si juste cela doit être infernale
    c’est antinomique avec l’écriture que de vivre avec quelqu’un. et d’imposer cela.

  2. J’ai un mari adorable……….il a le tact de ne pas me déranger quand il me voit le crayon en main !! ah oui j’ecris au crayon de paier…..lol

  3. l’écrivain comme tout autre personne a ses moments d’humeur, et comme tout autre personne il n’aime pas être dérangé il faut apprendre à connaître la personne avec qui l’on vit

  4. De très bons conseils que j’approuve…
    Mon mari ne me demande jamais rien…. Quand il me voit dans ma bulle et sur mon clavier en train de tapoter sans m’arrêter, il sait qu’il ne faut pas me déranger.
    Bisous

  5. Je vais faire lire le point 5 à quelques personnes de mon entourage car il parfois pouvoir « y rester » ! Le point 6 n’est pas mal non plus, sinon, mouais… L’écrivain n’est pas un ovni, il n’est ni pire ni meilleur qu’un autre ! Les gens se font des films sur les écrivains, s’ils savaient !!! 😆

      1. Disons que je n’aime pas que l’on m’offre des carnets et des stylos. C’est comme offrir un livre : c’est pas parce qu’on est un littéraire qu’on aime TOUS les livres. Eh bag c’est pas parce qu’on est écrivain qu’on aime N’IMPORTE QUEL carnet ou stylo. Souvent, les gens qui offrent des carnets ou des livres sont des gens qui ne font aucune recherche (à quelques exceptions près, bien sûr), mais c’est très facile d’offrir un carnet au hasard : il y en a dans toute papeterie. C’est un peu comme offrir une calculatrice à un matheux, je trouve. C’était ma minute coup de gueule, bonsoir.

        1. Vu comme ça, oui, je suis d’accord ! J’adore les carnets, mais je fonctionne au coup de coeur, si on veut m’en offrir un, c’est mieux de me demander lesquels me plaisent.

  6. Ah c’est très sympa cet article ! Merci pour le partage ! Pour ma part je ne connais pas d’écrivain donc je ne peux pas comparer !

    Je souhaiterais en parler dimanche dans mon article « ma semaine sur vos blogs », je peux faire une capture d’écran pour te citer ?

    A bientôt !

  7. Je pense qu’il faut respecter l’écrivain comme tout autre personne qui produit un travail quelconque.
    Et toi tu t’es retrouvée dans ce texte ?

  8. Vivre avec un écrivain n’est vraiment pas facile du tout, et c’est LUI qui devrait m’offrir trèèèès souvent des macarons (sans gluten), des chocolats et des câlins ! Nonmého ! 🙂

Prenez votre plume...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s