Créativité

J’ai encore rêvé de toi

J’ai encore rêvé de toi.
C’était le printemps, tu étais dans un bar, avec tes amis. Tu voyais une femme, de l’autre côté de la pièce, de dos, danser sur une table – une activité permise et même encouragée, dans ce lieu. Incapable de la quitter du regard, tu mourais d’envie de la rejoindre, comme poussé par une intuition sacrée. Hélas, tu étais heurté par une serveuse et sa corbeille de pain, et, quand tu regardais à nouveau dans la direction de la silhouette, elle avait disparu. Dépité, tu allais au bar, et c’est là que tu la voyais une nouvelle fois, toujours de dos. Tu t’approchais, posais une main au creux de ses reins. Elle se retournait, et toi, en découvrant son visage, tu comprenais pourquoi elle t’avait tant attiré.
Et moi, de te trouver là, dans la foule, et si proche, j’en avais le cœur bousculé et le souffle suspendu. Je te regardais, tes iris si bruns, sans dire un mot. Tu t’étais perdu dans mon regard, collision de nos émotions, nos mains se tendaient, prêtes à se toucher…
Puis la sonnerie a retenti, maudite soit-elle, ne me laissant que le souvenir de toi. Comme une broderie qui se défait, la pluie de la réalité a remplacé le soleil du songe. Je suis restée allongée, à imaginer tes doigts entrelacés aux miens, ta bouche sur la mienne, à imaginer des promenades au bord de l’eau, des siestes dans le jardin. À nous imaginer. Toi et moi.
Fermer les yeux, me laisser emporter par le sommeil, c’est la garantie de te revoir. Dormir est doux. Mais douloureux. Parce qu’au réveil, tu n’es pas là. Cœur qui se déchire.

Les mots imposés : activité – soleil – nouvelle – jardin – souvenir – sacré – broderie – pain – collision – printemps – souffle – rêver

Les textes de Ghislaine, Adrienne, Cécile C, Quasitis, Latmosphérique, Shirshasana, bizak, Arieste, Célestine, Cathycat, Maridan Gyres et Eva.

 

21 réflexions au sujet de “J’ai encore rêvé de toi”

  1. Boire tes mots si beaux et veloutés, dans cette si belle ambiance voilée, me fait onduler mes rêves qui tournoyaient dans mon sommeil si profond et pourtant je te sentais là, telle une présence qui me couvrait de ses ailes satinées.

  2. Zut, j’arrive trop tard…
    Les mots étaient inspirants…
    Alors, tant pis, je pose quand même un tout petit quelque chose, dans les commentaires :

    « Sacré soleil ! Tu brilles tellement aujourd’hui que le jardin a comme un air de printemps.
    Une nuée de moineaux, en pleine activité, pille le pain sur le sol devant moi et leur gazouillis sautillant ravive le souvenir de ma jeunesse, qui s’étale comme une nouvelle broderie…Je retrouve le souffle et l’élan des jours qui font rêver…et je repousse, quelques minutes encore, la collision avec le travail sans saveur qui reprend dans un quart d’heure. »

    C’est juste une miette de texte… 😉

    A la prochaine !

  3. Bien joli rêve. Pardon, j’ai zappée le RV, sûrement trop occupée avec mes petits ! C’était du rêve… intense, et les autres arrivent demain pour une nouvelle semaine de rêve… absolu.

Répondre à Olivia Billington Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.