Créativité

Le cœur, ce saltimbanque

J’ai posté une photo de toi sur Instagram, aujourd’hui. C’est la première fois que je déroge à ma règle « rien de privé sur mon compte professionnel ». Mais c’est aussi le jour de ton anniversaire.
Tu aurais eu trente-deux ans.
Bousculade dans les commentaires, émotions, encouragements. Une larme tremble au bord de mes cils, tombe, mouille l’écran de mon téléphone. Tu aimais ma sensibilité, tu la partageais – harmonie jusqu’à nos doutes. Curieusement, ça m’a fait du bien, de partager cette infime partie de moi, à travers ton image. Je suis sûre que tu ne m’en veux pas, même si tu n’aimais pas ce réseau, je me souviens encore de cet article que tu m’avais fait lire Insta : influenceurs ou exploiteurs ?
Dans un mois, ça fera deux ans.
J’ai entendu « il est temps », j’ai entendu « tu es folle d’encore t’accrocher à des ombres ». La folie, c’est se perdre dans d’insipides certitudes. À chacun son rythme.
J’avais réussi, tu sais.
À t’occulter.
À avancer sans me torturer à ton sujet.
À modeler ma vie sans toi.
Puis… puis tu es revenu arpenter mon esprit, visiteur non désiré et pourtant si désirable. À nouveau, chaque jour, une pensée s’envole vers toi.

Les mots imposés :  influenceur – modeler – insipide – saltimbanque – ombre – harmonie – bousculade – mouiller – se perdre – exploiteur – certitude – folie

Les textes de Marlabis, Max-Louis, Dan Gazénia, littératuremonamourErnest Salgrenn, Guillemette, Latmosphérique

18 réflexions au sujet de “Le cœur, ce saltimbanque”

  1. A mon âge , on tente d’oublier » les dates anniversaires », parce quelles sont toutes des plaies qui restent ouvertes à jamais ! Et pourtant, je vis dans un passé qui, seul, m’oblige à vivre! Paradoxe? C’est terrible de vieillir, non pas physiquement , mais pour tous les êtres disparus…Un jour, on reste , « seule »! J’ai beaucoup aimé ce texte car il décrit si bien « l’absence de l’être aimé. Merci
    Dan ».

  2. Certains anniversaires sont douloureux quelques temps… Et puis, au fil des ans, on digère et on garde le meilleur, sans pour autant verser de larmes… Ça sert à ça le deuil… Mais ton texte ne peut que faire écho avec notre sensibilité.

  3. Les dates anniversaires… Certaines font verser des larmes. D’autres font sourire. Bravo pour la justesse de ce texte dans lequel les mots imposés se sont introduits tout naturellement

Prenez votre plume...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.