Actualité

Créativité

Avance !

À ma sortie de la clinique, tout le monde a été bienveillant. Avec pudeur, bien sûr, sait-on jamais que leur âme parte à la dérive, par contagion. La déprime, c’est banal, ça arrive à n’importe qui, mais personne n’a envie d’explorer le gouffre vertigineux d’un esprit en proie à une douleur indicible.
Je suis rentrée chez nous, là où tu m’as aimée. Le vide m’a accueillie, avec sa cohorte d’objets qui racontent une histoire.
La nôtre.
Lire la suite « Avance ! »

Publicités
Créativité

Sans y penser

Hier, entre les pages d’un livre, j’ai trouvé la photo du parapluie. Noir à pois blanc. Acheté lors d’un séjour à la côte – pluvieux, le séjour. Il avait résisté aux intempéries, oh, le temps de quatre ou cinq bourrasques, avant de se retourner. Ton air incrédule alors que je photographiais le pauvre objet, ses baleines hérissées, m’avait amusée.
Hier, ton souvenir m’a fait sourire.
Bientôt, peut-être, je parviendrai à trier tes affaires. J’arriverai à discuter avec nos proches sans être celle « qu’on ménage ». Lire la suite « Sans y penser »

Créativité

S’attacher

Tu m’avais demandé, avant même notre rencontre : « Tu veux vraiment continuer à discuter ? Qu’on s’attache, avec le risque de souffrir encore plus si on ne peut pas être ensemble ? »
C’était un matin, je m’en souviens très bien, une reprise de Can’t help falling in love égrenait ses notes à la radio, je regardais la pluie qui s’écrasait sur les vitres. J’attendais une éclaircie, pour enfin pouvoir sortir. Ne plus le voir, lui. Lire la suite « S’attacher »

En coulisses

Recherche de bêtas

Après y avoir réfléchi souvent, ces derniers mois, j’ai enfin pris ma décision : je compte sortir plusieurs romans de mes tiroirs virtuels pour les retravailler.
Et je suis à la recherche de bêta-lectrices et bêta-lecteurs pour m’aider à mener à bien plusieurs projets de front.
Quel est leur rôle ? Lire la suite « Recherche de bêtas »

Créativité

Il y avait toi

Il y avait toi.
Puis le vide.
Et des corps de passage, des ombres sans importance pour combler l’absence.
Les coups d’un soir ne m’ont jamais attirée – inviter des inconnus à toucher ma peau, pourquoi ? –, mais, naïvement, j’ai cru pouvoir soulager la douleur avec des étreintes. Après des semaines, des mois sans toi, j’ai pensé que ce serait la solution. Lire la suite « Il y avait toi »

Créativité

Qui d’autre ?

Ton silence me dévore le cœur.
Ton absence comble mon esprit.
« Mon cerveau est une ruche, toujours en activité », m’avais-tu dit. Le mien refuse de se taire, et c’est pire depuis ton départ. Parfois le cœur se gonfle de trop aimer. Parfois le cœur se gonfle de trop de tristesse. Et parfois le cœur ne sait plus, ne sait pas… Je suis perdue, sans toi. Lire la suite « Qui d’autre ? »