Actualité

Bilan d’écriture pour 2015

Je recopie ici mon petit bilan 2015 posté sur ma page Facebook :

Côté publications :
* quatre nouvelles parues dans des anthologies/magazines
* un recueil de nouvelles paru
* quatre nouvelles signées pour parution en 2016
* une novella signée pour parution en 2016
* et surtout, un roman signé pour parution en 2016 ou 2017

Côté rédaction :
[Je n’ai pas du tout eu le même rythme qu’en 2014 (trois romans écrits cette année-là), avec un gros ralentissement au second semestre]
* ultimes corrections d’un roman de fantastique
* réécriture d’un roman de fantastique
* rédaction d’un ouvrage pour enfants
* rédaction d’une novella érotique (voir plus haut)
* rédaction de quelques nouvelles
* réécriture d’une romance contemporaine
* rédaction du premier quart d’une romance contemporaine Lire la suite « Bilan d’écriture pour 2015 »

Actualité

Commencer l’année en terminant un roman

© Olivia Billington
© Olivia Billington

Comment avez-vous commencé 2015 ? Pour ma part, en achevant un roman.

Sur ma page Facebook, j’ai écrit un statut de bilan pour 2014, que je vous livre ici :
* trois romans écrits, tous du genre fantastique : un dont toutes les étapes sont terminées, un dont j’effectue l’ultime relecture et un dont le premier jet est rédigé
* un recueil de nouvelles en cours de rédaction
* deux nouvelles publiées dans des anthologies
* rédaction des paroles d’un track musical

Un peu de développement ? Le premier, c’est L’abîme au bout des doigts. J’avais décidé d’écrire un spin-off avec deux personnages de ce roman, mais tant qu’il ne sera pas publié, cette idée restera à l’état de projet.
Le second, c’est Pantin d’écriture, dont je viens de terminer la relecture, après l’avoir récupéré de ma deuxième bêta-lectrice. Voici ce qu’elle m’en avait dit : Lire la suite « Commencer l’année en terminant un roman »

Actualité

Et ce recueil, alors ?

Parmi mes autres ouvrages en cours, il y a Désir d’histoires, un recueil de nouvelles, composé de trois parties : des micro-nouvelles, des textes un peu plus longs et un récit bien plus étoffé (un ancien roman réduit en nouvelle). Jess, l’une de mes bêta-lectrices, me l’a rendu avec des corrections de ponctuation – celle-ci étant, je l’avoue, complètement fantaisiste. Mais, à ma décharge, la longue nouvelle date de 2005-2006 et les autres d’avant que je ne me penche plus sérieusement sur la question des virgules et compagnie. Lire la suite « Et ce recueil, alors ? »

Actualité

Du changement !

Du changement ? Oui, pour deux ouvrages, qui étaient en suspens depuis bien trop longtemps (en cliquant sur les titres, vous aurez les étapes de leur rédaction) : Un chemin. ou plus... écrit en 2011 et Désir d’histoires, qui date de 2012.
Le premier était un roman. Oui, était, car je l’ai transformé en nouvelle. J’étais contente de la construction particulière du récit et je voulais donc le garder. Mais en roman, il ne me satisfaisait pas. Maintenant que je l’ai réduit en longue nouvelle, je trouve que l’histoire a plus de force.
Le second est un recueil de nouvelles, que j’avais agencé d’une manière particulière aussi. Trop, sans doute. J’ai donc décidé de le fusionner avec un recueil en cours, et j’ai une autre idée de présentation.
J’ai donc dégainé mon bic rouge et suis en train de relire ce recueil, d’y apporter quelques modifications. Il repassera ensuite entre les mains de l’un ou l’autre bêta-lecteurs, je ne sais pas encore qui, car j’ai eu une nouvelle proposition…

Pour savoir quels sont mes ouvrages en chantier, je vous invite à aller en bas de la page, et de cliquer sur le Actuellement, je travaille sur…
J’en profite aussi pour vous rappeler que j’ai une page facebook, sur laquelle je donne des nouvelles de façon plus régulière, si vous souhaitez ajouter votre « like », cela me ferait très plaisir !

Actualité, Coulisses de la langue

Pas de ratures

© Isaac Bowen | stock.xchng

Je suis actuellement en pleine relecture d’un recueil de nouvelles, Désir d’histoires pour ne pas le nommer (mais oui, bien vu, c’est le nom de mon blog !), mais ça avance lentement. Pourquoi ? Comme je vous l’avais dit précédemment, j’aime effectuer les corrections sur papier.
Or mon imprimante, la g*$%£ !, refuse de s’allumer, la conséquence étant, vous l’aurez compris (puisque vous êtes dotés d’un cerveau et d’un sens logique), que je ne puis donc faire usage de mon stylo bille de façon intensive (et pourtant, qu’est-ce que j’aime ça, les ajouts, les ratures, les petits coeurs dans la marge).

Me voilà donc contrainte d’effectuer les corrections directement dans le traitement de texte, une méthode qui ne me convient pas. De un, le contact de la feuille me manque. De deux, visuellement, pas de plaisir au progrès fait dans la relecture (oui, je sais, je peux le faire aussi, mais c’est du chipotage et au final il faut quand même tout lisser). De trois, et parce que je fais les choses dans tous les sens (ce qui ne me ressemble pas, moi si organisée et méthodique), je ne sais plus quels textes ont déjà été revus. Comme c’est dur, le travail de l’écrivain (ironie inside) !

Comment procédez-vous pour vos corrections, d’ailleurs ? A l’ancienne ou scotchés à votre écran ?

Actualité, Coulisses de la langue

Où il est question de chronologie

© sem rox | stock.xchng

Comme vous le savez (ou pas) (si pas, à lire ici et ici), j’ai eu un peu de mal à me remettre à la rédaction de mes différents projets. Même relire mes nouvelles me semblait insurmontable. Maintenant, je remanie mon recueil Désir d’histoires avec plus d’entrain. Maintenant, je participe à quelques AT (plus pour retrouver le goût de l’écriture que dans l’espoir d’être sélectionnée). Et surtout, maintenant, j’ai enfin retrouvé la motivation à écrire mon nouveau roman, Bleu du bonheur.

J’ai réalisé ceci : si avant j’écrivais mes romans dans l’ordre chronologique (quand je bloquais un peu sur un passage, j’en brossais les contours pour y revenir, mais ça restait linéaire), actuellement, je rédige des bouts du récit, par-ci, par-là, parce que j’ai des idées pour cet instant-là de l’histoire. Ce qui me permet d’avancer, de ne plus faire du surplace parce que je n’arrive pas à trouver une suite au début. Et je connais plus ou moins le déroulement du roman, même si je n’en connais pas encore la fin.

Et vous, qui écrivez, comment procédez-vous ? D’une traite, du début à la fin, ou par morceaux choisis ?

Actualité

Superstitieux, l’écrivain ?

© Alan Witikoski | stock.xchng

Sur facebook, un écrivain belge évoque la rédaction de son nouvel ouvrage, un autre écrivain répond, en substance, « malheur, il ne faut jamais parler de ses écrits alors qu’ils sont à peine commencés ». Superstition ? Sans doute…

Mais je me rends compte que j’ai parlé ici de deux romans : de la suite de Elle, une autre (mentionnée sur la version 1.0 de ce blog, sur une autre plateforme) et d’une nouvelle comédie romantique et que ces deux récits sont… au point mort ou presque. La suite est en pause depuis… presque deux ans (je n’en reviens pas d’écrire ces mots !). Quant à mon nouveau roman, j’avais déjà évoqué ma difficulté à le rédiger, en mars, et me voilà, près de cinq mois plus tard, guère plus avancée. Oh, j’ai bien changé ma ligne directrice, ce ne sera plus réellement une comédie romantique – même si j’en garde des éléments – j’ai bien quelques idées, mais j’ai un mal fou à m’y mettre.

La faute à quoi ? La faute à qui ? Aurais-je dû garder pour moi ces projets ? Serais-je superstitieuse ? Ou bien ma vie privée empiète-t-elle de trop sur mon inspiration, comme me diraient des esprits plus cartésiens ? Peut-être… Toujours est-il que je pense ne plus dévoiler mon travail lorsque je n’en suis qu’au début. J’attendrai d’être bien lancée.

J’en profite par contre pour vous parler d’un recueil de nouvelles, Désir d’histoires, que je pensais avoir terminé : j’ai décidé de le fusionner avec un autre recueil, en construction, lui, car j’ai eu une nouvelle idée de présentation. Et je compte changer certaines choses dans Un chemin. Ou plus…, car je n’en suis toujours pas satisfaite.

Heureusement, l’envie d’écrire est là : il n’y a plus qu’à ! Croisez les doigts pour moi…