Actualité, Coulisses de la langue

Une histoire de prénoms

© tey teyoo | stock.xchng
© tey teyoo | stock.xchng

Encore une interrogation à propos de l’écriture…

Au fil des rencontres du net, j’ai fait la connaissance d’un jeune homme de dix-neuf ans sur un forum, où, bien entendu, l’anonymat est de mise. Quelques messages privés plus tard, je finis par lui demander son prénom (oui, je suis curieuse, et alors ?). Hugo. C’est joli. Mais là n’est pas le but de mon article. Il se trouve que, dans Bleu du bonheur, mon nouveau roman, l’un des personnages porte ce prénom. Un personnage que j’apprécie (car, oui, j’en déteste certains). Comme il a déjà son identité propre, a priori je ne devrais pas penser au Hugo réel lorsque je rédigerai la suite de ses « aventures ». J’en viens à mon interrogation, qui est double, en réalité. Lire la suite « Une histoire de prénoms »

Publicités
Actualité

Date butoir tenue en respect

© Marcel Hol | stock.xchng

J’ai récupéré L’étreinte des vagues de la part de Caroline, l’une de mes bêta-lectrices, avec plus ou moins une cinquantaine de commentaires, essentiellement sur la forme. Et c’est là que je la bénis d’être aussi perfectionniste ! Lire la suite « Date butoir tenue en respect »

Actualité

Bientôt bouclé !

© Rae Grimm | stock.xchng

Je me rends compte que le dernier article à propos de L’étreinte des vagues date d’il y a deux mois exactement. Il est donc temps de vous en reparler.
Suite à certains évènements dans ma vie privée, j’ai en quelque sorte mis l’écriture entre parenthèses (vous aurez d’ailleurs constaté le ralentissement sur ce blog).

J’ai néanmoins eu le courage de me lancer dans la première relecture, même si – et je le déplore – pas de façon assez consciencieuse à mon goût. J’ai donc pris un peu de retard par rapport à mon planning (mais quel planning ? celui dans ma tête). Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de confier ce roman à deux bêta-lecteurs en même temps plutôt que l’un après l’autre comme initialement prévu. L’une principalement pour la forme, l’autre pour le fond et la forme. La première, linguiste de formation, a déjà lu Un chemin. Ou plus… et j’avais été ravie de cette collaboration, j’attends donc ses remarques avec impatience. Le second, (apprenti) écrivain, a l’expérience de la rédaction d’un roman et, puisque c’est un homme, me dira si mes personnages masculins et leurs réactions sont crédibles. Ses commentaires à propos des deux premiers chapitres me confortent dans mon opinion (et certains m’ont bien fait rire) : j’ai bien fait de lui soumettre ce roman.

Mon but, et je m’y tiendrai cette fois : il sera terminé d’ici la fin de l’année, peut-être même d’ici la fin du mois !

Actualité

Au boulot !

© Vincent Billington

L’étreinte des vagues est passé entre les mains de ma première bêta-lectrice (merci Bouton d’or !) : j’ai récolté des commentaires auxquels je m’attendais, en plus de certaines corrections.
Bien évidemment, il y a quelques scènes à supprimer, d’autres à réécrire intégralement : ce sont d’ailleurs des paragraphes qui me posaient problème, je n’étais guère convaincue en les rédigeant. Je parviens donc enfin à prendre du recul et à me rendre compte de ce qui est bon ou carrément mauvais, quelques pages disparaitront sans aucun regret !

A présent, je vais entamer le long processus de la première relecture, et ne pas me disperser dans l’écriture (parfait, ce sont les « vacances ») : je désire être fière de ce roman et il y a encore du travail à fournir !

Actualité

Et leur sort est scellé…

© Ivan Prole | stock.xchng

Il y a trois jours, j’ai terminé la trame principale de L’étreinte des vagues, c’est-à-dire que toute l’action est posée, avec quelques descriptions de lieux, physiques et psychologiques (histoire que les personnages soient crédibles).

A présent, je dois étoffer leurs caractéristiques, les enrichir, leur donner plus de consistance, étaler l’action dans le temps (ou peut-être pas) car le rythme est plutôt effréné : j’avais tellement envie de tout écrire, toutes mes idées se bousculaient, ce qui n’était pas pour me déplaire.

J’ai déjà vérifié que les événements s’enchaînent logiquement, car il y a beaucoup de personnages dont les vies se mêlent et s’emmêlent, l’un ne peut pas rencontrer l’autre un samedi si le deuxième est au cinéma ce soir-là ! Et oui, ouf, c’est le cas !

Je peux vous dire que je n’avais aucune idée que mon roman allait se terminer ainsi, j’ai écrit les dernières pages suite à une impulsion, lundi passé (qui fut un jour faste en écriture, d’ailleurs, j’ai bouclé les trois derniers chapitres).

Bientôt des nouvelles de Florian, Michaela, Rebecca, Julien, Amaury et Clémence…

Actualité

Et c’est reparti !

Après quelques semaines sans écrire une ligne, je me suis replongée dans L’étreinte des vagues. L’inspiration est revenue ! C’est étrange comme s’il fallait, après avoir écrit beaucoup, que la rédaction se ralentisse, peut-être pour mieux rebondir, comme maintenant (ce qui me fait craindre un nouvel arrêt dans quelques jours ou semaines).

Pour remettre les choses dans leur contexte, ce roman est en quelque sorte une comédie romantique – oui, je me suis lancée dans ce genre-là. Pourquoi ? A l’origine, pour participer à un concours organisé conjointement par Flammarion et Welovewords. Il fallait écrire le début d’une comédie romantique moderne. Si mon texte n’avait pas été parmi les cinq finalistes, il avait en revanche été remarqué par le jury.

Dès le départ, je m’étais dit que j’irais au bout de ce roman, car j’ai découvert qu’écrire du rose et de l’humour me plaît tout autant qu’écrire du noir.  D’autant plus que l’un de mes personnages étant une romancière à polars, j’ai introduit quelques extraits de ses romans bien sombres. J’ai presque toute la trame en tête, je sais ce qui va se passer pour chaque personnage mais je ne sais pas encore très bien combien de chapitres de plus je vais rédiger. Dans mon carnet fétiche,  dont je vous ai parlé  il y a quelques jours, je leur consacre à chacun une page avec leurs caractéristiques physiques, leur historique et les relations entre eux.